Donne-moi du noir (extrait roman)

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Donne-moi du noir (extrait roman)Reda n’aimait pas les pédés ni les filles faciles, mais l’appât du gain l’obligeait à tolérer n’importe quelle particularité. Tout à l’heure, Farane lui avait lâché un joli pourboire. Pour ce genre de client, le chauffeur insomniaque ne crachait jamais sur une course au noir.Il se gara sur une place de livraison et alluma ses warnings. Les deux décadents se pointèrent rapidement, en titubant bras-dessus bras-dessous comme s’ils revenaient de la guerre. Farane allongea son amie amorphe sur la banquette arrière et la gratifia d’un baiser protecteur sur le front.« Alors, bonne soirée ? demanda Reda.-Oh, oui, très arrosée. On sort d’un after avec Flex Master, là, c’était dingue !-Flex le rappeur ?-Ouep, affirma Farane. Mais ma copine elle tient pas l’alcool, du coup, voilà… »Reda vit ces cuisses nues dans le rétro. Jambes négligemment écartées, elle dévoilait un satin moite.Le Uber arriva devant l’immeuble de Farane.« Merci beaucoup, dit-il en glissant un billet de cinquante dans le porte-gobelet.-Et bursa escort ta copine, tu la prends pas ?-Attends, je vais te donner son adresse. »Il allait devoir la raccompagner et cette perspective l’enivrait. Elle et lui, et personne d’autre. Valentina n’était pas totalement inconsciente. Bien qu’elle avait une vue imprenable sur le plafond incurvé de l’Audi, elle sentait peser sur ses jambes le regard de ce rebeu sombre. À cause de son niveau de défonce, le réel lui semblait futile. Sa sensibilité accrue lui offrait de nouveaux pouvoirs et de nouvelles perceptions. Elle voyait sans voir et percevait de nouveaux sons, plus aigus et plus prégnants. Un frottement de tissu… une respiration haletante. La main de Reda pressant sa queue par-dessus son jean… souffle saccadé. Elle écarta les jambes. La voiture se stabilisa et le moteur cessa de vibrer.Reda venait de se garer dans un cul-de-sac.Un zip… des mouvements de va-et-vient.Tout se déroulait dans son dos et pas une seconde il ne pensa à se retourner ; tellement escort bursa l’habitude des films qu’il confondait rétro et écran d’ordinateur. L’actrice et le spectateur partageaient une complicité tacite. Elle lui faisait un cadeau et il l’acceptait sans en demander d’avantage.Du bout des ongles, elle tira la pièce de satin moite.Un râle…un bruit de plastique et de papier… une décharge gluante dans les mains et un mouchoir pour l’essuyer.Reda s’extasia dans la langue de sa mère.« Mashallah ! »Valentina se redressa. Trop défoncée pour être mal à l’aise. Elle semblait reposée, rassérénée après cet atterrissage voluptueux. C’était Reda, le plus gêné. Dire que quelques minutes avant l’exhibition de la belle, il envisageait d’abuser d’elle ! Finalement, il n’avait même pas eu besoin et même si sa morale l’encourageait à répudier profondément cette sheitana, il ne pouvait pas s’empêcher d’éprouver une immense gratitude envers elle. Ça avait été intense, spontané et le consentement avait été mutuel.Ils arrivèrent aux abords bursa escort bayan du lotissement du Pont-Clément. Reda ne voulait pas que ça s’arrête. Il respectait énormément cette femme, plus encore que ces jeunes filles pieuses qu’il était condamné à marier pour combler sa pauvre mère. Il n’avait pas d’amie. Ça ne lui avait jamais effleuré l’esprit. Une pute de temps en temps, sa mère le dimanche, et après… rien. Son cerveau fonctionnait à toute allure ; il n’avait pas dormi depuis trente-six heures. Il faut que je trouve quelque chose, se répétait-il comme un automate.« Tout à l’heure, tu parlais de renoi…j’peux t’en présenter, si tu veux.-Gare-toi plus loin, j’veux pas que mon conjoint nous voit.-Ok, dit-il en manœuvrant. J’en connais, si tu veux. J’en connais plein. Tiens, j’te note mon num.-Je…»Trop tard, il plia le post-il et le glissa dans le sac à main de Valentina. Elle sortit.Pas une fois leurs regards ne s’étaient croisés directement.——Ce passage est un extrait de mon prochain roman “donne-moi du noir”.Si vous voulez me soutenir, mettez un commentaire, aimez et partagez ce passage avec votre bande de branleurs.Vous pouvez aussi commander mes deux romans “MILF” et “Fourreurs Nés” déjà disponible chez Tabou Edition

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *