UNE NOUVELLE CHIENNE POUR LE FILS ET LE PERE

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Creampie

UNE NOUVELLE CHIENNE POUR LE FILS ET LE PEREDepuis quelques semaines je rends service à Marcel, un de mes proches voisins… Marcel n’est pas du genre à avoir de la chance dans la vie : Sa femme qui était alitée depuis déjà deux ans vient d’entrer à l’hôpital, en « phase terminale » comme on dit pudiquement ! Ajoutez à cela qu’ils ont à leur charge un fils de trente-deux ans, Fabrice, un peu simple d’esprit, quasi obèse, qui évidement ne travaille pas et passe ses journées en robe de chambre à grignoter devant la télévision… C’est un garçon plutôt gentil, mais qui s’emporte vite et peut devenir très violent s’il est contrarié. Depuis le temps que je le connais il ne me fait plus peur, heureusement d’ailleurs, car en ce moment je passe chez eux tous les jours pour leur préparer à manger et faire un peu de ménage. Marcel passe la majeure partie de son temps entre l’hôpital et son travail… Au delà du fait que je suis ravie de leur rendre service, ça me permet aussi de voir un peu de monde : En effet, mon mari qui dirige un gros chantier de construction dans l’est de la Chine n’est rentré que deux jours durant les six dernières semaines. Je commence à me sentir un peu seule à la maison… Ce soir c’est le fils, toujours en robe de chambre ouverte sur un bermuda et un polo douteux, qui m’accueille avec un grand sourire et me fait la bise : – Te voilà enfin Kaline ! Il était temps, y’a plus rien à manger ! – Je viens pour ça justement, entre parenthèses ça te ferais du bien de jeûner un peu, hi hi hi !… – T’es méchante, Kaline !… Je vaque rapidement à mes occupations, assis à la table de la cuisine il me regarde d’un air absent, un peu inquiétant. Vient l’heure de faire un peu de vaisselle, j’enfile des gants de protection et commence la plonge, après deux minutes Fabrice rompt le silence : – T’es belle quand tu bouges Kaline ! Ton cul ne remue pas, il danse sous ta jolie petite jupe ! Sans me détourner je lui réponds assez sèchement : – Fabrice ! Tu n’as rien d’autre à faire que de raconter des bêtises ? – Ah ouais, si, si ! Maintenant que tu le dis… J’entends sa chaise racler le carrelage, il va sans doute changer de pièce et filer devant la télé, ça me fera des vacances ! Soudain je sens une présence dans mon dos, son imposante carrure me colle à l’évier, impossible de bouger sous cette masse. Je me souviens alors des avertissements de son père : Ne surtout pas le contrarier car il peut devenir très violent … Je reste silencieuse, je ne tremble pas mais j’appréhende un peu … Ses grosses paluches entourent mon torse, il arrache plus qu’il ne défait les boutons de mon chemisier avant de le faire glisser sur mes épaules, les bonnets de mon soutien-gorge sont remontés sous mon menton. Il souffle comme un phoque lorsqu’il enveloppe mes seins dont les tétons se tendent déjà. Il joue à faire rouler mes piercings entre ses doigts. Sur le bas de mon dos pèse une bosse imposante… Il mordille ma nuque, un frisson traverse tout mon corps, il me semble que ma chatte affamée fait un bulle en se contractant. Cette fois je me mets à trembler, mais pas de peur… – Tu es belle Kaline tu sens bon, j’aime tes seins, ils me font bander. Tu sais, Fabrice ne tient jamais de femme nue dans ses bras ! Dis, tu me laisses faire ???… – Jure-moi seulement que tu ne seras pas violent… – Si Kaline ne cherche pas à se sauver, Fabrice sera doux comme un agneau… – Que veux-tu de moi, Fabrice ? … – Ôter anadolu yakası escort cette maudite culotte qui cache ton beau cul ! Reste appuyée sur l’évier, je m’en occupe… Les deux mains accrochée à l’évier, je le laisse retrousser ma jupe à la taille. Ses doigts accrochent ma petite culotte qui git rapidement sur le carrelage. Avant même qu’il ne le demande, j’écarte les pieds pour lui faciliter l’accès à mon intimité. A genoux derrière moi, il hume et lèche mon entrecuisse, puis il se redresse et se colle à nouveau à moi. Cette fois c’est son membre déjà à nu qui s’écrase contre mon cul, une main vient fourrager dans ma toison pubienne… – C’est là qu’« ils » fourrent leurs queues dans les films de cul, mais ‘elles’ n’ont pas de poils… – Moi je préfère garder les miens… Un doigt boudiné force le passage entre mes lèvres suintantes, il fouille nerveusement ma vulve, et je dois bien reconnaitre que cet attouchement sommaire n’est pas pour me déplaire… – C’est chaud !… C’est bien mouillé !… Ca veut dire que tu as envie de te faire baiser, hein ???… – Eh bien… On peut dire ça comme ça !… – Alors Fabrice va te fourrer sa grosse bite dans la chatte !!! Ce n’est pas très élégant, mais au moins ça a le mérite d’être clair !!!… Pour faciliter l’introduction, je me penche en avant ! Son membre très tendu, tel un taureau derrière une vache, cherche maladroitement l’entrée de mon ventre, et ce qui devait arriver arriva : Trop excité, il décharge entre mes fesses, par longues giclées, une grosse quantité de sperme qui glisse le long de mes cuisses pour former une petite flaque sur le sol. Il ne se démoralise pas pour autant, d’ailleurs sa queue reste toujours aussi raide !!! – Fabrice est habitué, ça le fait à chaque fois que je me branle, mais après ça dure longtemps ! Très longtemps ! Même plusieurs fois ! Aide-moi à trouver ton trou… – Donne-moi ta verge, Fabrice, et tu n’auras qu’à pousser quand je te le dirais… Ma main passée entre mes cuisses, j’att**** son manche. Il est monté comme un âne, sa queue n’est pas particulièrement longue, mais très épaisse et veineuse ! Mes doigts ont du mal à en faire le tour ! Le gland ovale repousse mes lèvres, et bientôt les écarte. Tel un bélier impatient, il donne des coups de reins au hasard, ça frotte merveilleusement sur mon clitoris décapuchonné et durci, du coup je fais durer un peu le plaisir car c’est visiblement le seul préliminaire auquel j’aurai droit… – Alors ? Tu l’ouvres ton trou à bite ??? – Pousse un peu… HAAAAAAAOOOOOOOUUUUUUUUUU !!!… Du calme Fabrice, tu as dit que tu serais doux !… – Excuse-moi Kaline, c’est rentré d’un coup ! – Vas-y maintenant, fais bouger ta queue dans mon ventre… Les mains ancrées sur mes hanches il me pilonne la chatte puissamment et rapidement, mes seins sont secoués en tous sens ! Après quelques minutes de ce traitement, je l’entends gémir, puis grogner comme un ours et de nouvelles fusées de foutre arrosent mon utérus. Ce n’est pas pour autant qu’il cesse ses coups de bite, quelle santé !!! Moi qui était au régime sec, me voilà gavée, et ce n’est sans doute pas fini !… En me pressant les nichons comme des citrons, il marmonne des mots incompréhensibles. Je jouis en un quart d’heure autant de fois qu’en deux mois… Sa sueur dégouline de son ventre sur mes fesses, sa bave sur mon dos, son obésité ne l’empêche pas de se remuer pour limer mon vagin qui ne va pas tarder anadolu yakası escort à fumer. C’est une vraie machine à baiser ce mec ! Je n’ose pas lui dire d’arrêter par peur de l’irriter, mais je vais bientôt avoir des crampes dans les jambes, heureusement que ses coups de queue me remontent constamment à hauteur de l’évier… – Haaaaaaaa Fabrice va encore juter !… Je vais te remplir la cramouille, salope !!! – Vas-y, jouis mon petit Fabrice, remplis-moi la chatte, ta queue est trop bonne ! – Oui !… Tiens, prend ça !… Tu la sens la bonne “jute” de Fabrice?… C’est trop bon, Fabrice aime ça !… Je te baiserai encore quand tu reviendras, c’est promis !!!… Hooooooooooo MERRRRDE, le vieux arrive, je me barre !!!… Il sort de mon ventre aussi brutalement qu’il y est entré et je me vide instantanément sur le carrelage. Son père va entrer d’une seconde à l’autre mais je n’ai pas la force de bouger. Accrochée à l’évier, je tarde à reprendre mes esprits… – KALINE ????? Mon dieu, oh Mon Dieu !… C’est « lui » qui a fait ça ??? Ce petit vicelard vous a violée ??? Dans quel état il vous a mis le salaud !!! Il va voir de quel bois je me chauffe, je vais le tuer !!!… – Oui … Enfin NON !!!… NE LE PUNISSEZ PAS ! C’est moi qui ai voulu… J’étais trop en manque de sexe !… – Vous ne pouvez pas rester ainsi, aussi dévêtue et souillée ! – Ça va aller Marcel, je vais rentrer chez moi… – Mais vous ne tenez pas debout ! Venez, je vais vous aider à vous nettoyer… Le père bienveillant me soutient, m’entraine dans sa chambre et ouvre le lit : – Allongez-vous, je vais chercher un gant de toilette et un peu d’eau… – Vous êtes très gentil, Marcel… Je n’ai pu m’empêcher de remarquer la bosse qui déforme son pantalon. Normal, le pauvre homme doit être depuis longtemps privé de sexe. Mon cœur de “Sainte Thérèse de la baise” ne peut résister à cet appel muet. Lorsqu’il arrive avec une cuvette fumante et un gant de toilette, je décide de jouer la comédie pour l’amadouer : – Excusez-moi de vous demander cela, Kaline, mais vous devriez écarter vos cuisses afin que je puisse vous nettoyer plus facilement ! Je remonte mes talons prés de mes fesses légèrement surélevées et écarte les genoux au maximum. Il avale difficilement sa salive en voyant mon vagin rougi par les assauts de son fils : – Il ne vous a pas ratée ce salaud ! Je l’emmène régulièrement « aux putes » mais il leur fait toujours mal, et aucune ne veux de lui à présent… Je vais nettoyer tout ça !… – AIIIIIIEEEE ! C’est trop sensible, le gant est trop rêche ! Vous devriez plutôt essayer avec vos doigts !… – Euh… Eh bien… Comme vous voulez, Kaline … Ca va mieux comme ça ? – C’est encore trop rugueux …. Essayez donc avec votre langue !… – Mais… – Taisez-vous et faites ce que je vous dis, Marcel !!!… – Bien… Mais… Elle sent… Euh… Fort !… Sans davantage d’hésitations, il s’installe entre mes cuisses et colle sa langue à ma vulve gonflée. Il lape délicatement les sécrétions qui bordent ma fente avant de s’aventurer plus profondément, de plus en plus loin, ses doigts l’aidant à ouvrir ma minette encore très sensible. A présent il ne me lèche plus, il fouille littéralement et énergiquement mon vagin… Si énergiquement que je ne tarde pas à jouir dans sa bouche !… – Hé bien Kaline ? Vous n’êtes pas rassasiée après ce que mon fils vous a fait subir ???… – Baisez-moi, Marcel !!! – Euh… Pardon Kaline ??? Qu’est-ce que vous mersin escort dites ???… – Vous m’avez très bien entendue ! Baisez-moi vous aussi ! Approchez, je vais sortir votre belle bite de votre pantalon… – Euh… Eh bien… Je vais plutôt tout quitter, ce sera plus simple !!!… Il se relève pour se déshabiller entièrement. Je vais enfin sucer une queue ! Je vais avaler cette sauce divine, prendre en bouche cette liqueur de mâle dont je raffole tant… En quelques secondes, une belle tige se balance fièrement sous mes yeux, légèrement moins grosse que celle de Fabrice. Je m’en empare et tète avidement ce rouleau de chair chaude qui frémit sous mes doigts. Ma main la branle énergiquement, je veux gouter ce foutre dont je suis privée depuis si longtemps. Ma récompense ne se fait pas attendre, une salve copieuse fouette bientôt ma langue, suivie par d’autres. Mes lèvres font joint autour de son sexe afin de pas en perdre une goute… – Mer… Ouufff… Merci Kaline ! Je retrouve enfin la douceur d’une bouche qui n’est pas celle dédaigneuse d’une professionnelle ! – Vous allez voir les putes vous aussi ??? – Que faire d’autre en attendant mon fils pendant deux heures ?… – Regardez ma minette chaude et accueillante, Marcel, elle s’impatiente de sentir votre queue !… Sans un mot, Marcel vient entre mes cuisses en tenant son membre toujours raide à l’horizontale, je relève mes jambes, ma fatigue est miraculeusement passée… Il m’embroche doucement, sans me quitter du regard, puis s’allonge délicatement sur moi et prend un de mes tétons dans sa bouche humide. Ma petite chatte n’est pas tarie et la semence du fils lubrifie généreusement la queue du père… Il reste quasiment immobile en moi, surement pour ne pas irriter davantage mes muqueuses vaginales. Il se contente de décrire des ronds avec son bassin, qui conjugués aux contractions naturelles de sa hampes suffisent à me faire à nouveau grimper aux rideaux… Marcel se met à trembler à son tour et se vide une deuxième fois dans un râle interminable. Je constate que le fils a de qui tenir car l’ancien continue à bander comme si rien ne s’était passé. Cette fois je veux ressentir ses coups de bite sans retenue, alors c’est moi qui impose les règles : En soulevant mon dos du lit, je lui offre toute mon entrecuisses : – Je n’osais pas bouger par peur de raviver l’irritation de votre vagin… Mais vous semblez en vouloir encore alors je vais vous… Je vais te baiser, petite salope !!!… – HUUMMM, OUUUUUUIIIII !!!… C’est exactement ce que j’attendais de toi ! Saute- moi, défonce- moi, baise-moi comme tu baises les putes !!! Mais laisse ma chatte se reposer un peu, je veux que tu m’encules sans retenue, comme la dernière des trainées !… A ce moment là, je vois très nettement dans son regard que ses derniers fusibles viennent de griller ! En appuis sur les mains Marcel se lâche enfin : Il sort de mon vagin meurtri, force d’un coup mon anus copieusement lubrifié et se met à me besogner comme si sa vie en dépendait. En nage, les jambes croisées dans son dos, les bras noués à son cou, la chatte béante, le cul dilaté, les yeux révulsés et tremblante de tous mes membres, je subis en hurlant les assauts du sexagénaire. Les orgasmes succèdent aux orgasmes, je suis prise de spasmes incontrôlés et lorsque Marcel me gratifie de sa troisième éjaculation, je sens mes forces m’abandonner… C’est la fraicheur d’un gant de toilette entre mes cuisses qui me réveille… Deux visages attentionnés et aux yeux brillants sont penchés sur moi : – Aahhh ! Elle se réveille papa !… – Tu vois mon petit Fabrice, plus besoin d’aller voir les prostituées ! A partir d’aujourd’hui nous avons ce qu’il nous faut à la maison…

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *